Le Prix Maintenon

Menu
Menu
Logo Prix Maintenon

Le Prix Maintenon

Jeux de dupes, Maud Tabachnik

Difficile de ressentir de l’empathie dans ce roman qui porte au premier plan un homme subissant une vie fade avec inaction et apathie. Un homme transparent et pourtant profondément égocentrique, qui s’apitoie tant sur le vide de son existence qu’il va en produire un manuscrit. Cet homme flasque semble alors s’animer, ressentir, agir. C’est cet acte créateur qui le fait enfin exister.

Abbot a pourtant un emploi, une femme, une fille… Mais rien de tout cela ne compte plus lorsqu’il termine son roman qu’il s’apprête à faire publier dans le plus grand des secrets. Et plus rien de sa vie ne pourra lui faire remplacer la tragique perte de ce manuscrit. Enfin, si, le désir de vengeance lorsqu’il finit par comprendre qu’un autre homme se l’est approprié et vit aujourd’hui un succès littéraire mondial. Abbot quitte tout, et semble soudainement s’intéresser à quelqu’un d’autre que lui-même, s’introduisant au plus proche de sa Nemesis, Ruelov, un être également vide, si ce n’est d’ambition. L’ambition et le désespoir de vivre, voilà le duo que nous présente Maud Tabachnik, dans une écriture fine et psychologique qui entraîne le lecteur jusqu’à la dernière page, sans pourtant l’attacher à ses personnages. Ce manque d’empathie crée une certaine distance, on ne sait plus quel parti choisir dans ce jeu de dupes qui manque un peu de finesse, à l’image de ces deux hommes somme toute banals. Et ce crescendo de chantage, de tentations et d’intrigues conduit au seul dénouement possible…

Si le thème de l’écriture produit une certaine mise en abîme, explorant au passage les domaines de l’édition et de l’adaptation cinématographique, on peine malgré tout à saisir le propos du roman : la rencontre de deux égoïsmes tout autant désespérés, la transformation d’un homme par la vengeance ? Ce que l’on peut cependant goûter dans ce thriller très propre, c’est ce parallèle qui se fait parfois miroir entre Abbot et Ruelov, deux hommes qui se méprisent et pourtant sont fascinés l’un par l’autre, parce que parfois si semblables – même physiquement. Ce sont leurs rapports qui les rendent intéressants, bien plus que leur vie par ailleurs.

En bref, ce roman intéresse, mais sans passionner.

Elise Faber

 

Maud Tabachnik, Jeux de dupes, City Edition, 2021, 256 pages

 


Retour à la liste