Le Prix Maintenon

Menu
Menu
Logo Prix Maintenon

Le Prix Maintenon

Lettres de Washington Square, Anne Icart

S’inspirant de sa propre histoire, l’auteur Anne Icart signe un roman saisissant avec Lettres de Washington Square. Pour ce roman – son cinquième –, elle a puisé dans sa légende familiale. Nous avons là un très beau roman sur l’amour filial, les secrets de famille, l’exil et l’espoir. Anne Icartnous raconte soixante ans de la vie de Baptiste et Michel, le père et le fils, séparés par la vie et par un océan, l’un à New-York et l’autre dans un petit village des Pyrénées.

À la mort de Tine, sa vieille tante adorée, Zélie entreprend le rangement de sa maison située au cœur des Pyrénées où, enfant, elle passait toutes ses vacances. Ce roman fort par ses descriptions aussi bien des lieux que des émotions des personnages, plonge directement le lecteur dans l’univers d”une famille avec non seulement la chaleur qui en ressort mais aussi ses lourds secrets. Au grenier, lieu mystérieux, image par excellence des secrets enfouis, qui a, jadis, accueilli tant de ses jeux, elle aperçoit une jolie commode qu’elle aimerait bien récupérer. En vidant les tiroirs, elle tombe sur des boîtes remplies de lettres envoyées de New York, non décachetées, donc non lues par leur destinataire, son père. En commençant à les lire, elle découvre que ce qu’on lui a raconté à propos de son grand-père n’a rien à voir avec ce qui est écrit dans ces lettres. Celles-ci éclairent alors le passé sous un nouveau jour. Le lecteur découvre avec Zélie au fur et à mesure de sa lecture des lettres le lourd secret qui plane sur sa famille. Des montagnes pyrénéennes à New York, le lecteur vit avec elle une histoire d’amour filial incroyablement émouvante portée par l’espoir des deuxièmes chances que la vie offre parfois.

L’auteur met très bien en valeur cette émouvante histoire d’amour d’un père pour son fils. Elle a réussi à rendre chaque personnage touchant. Grâce au contenu de quelques lettres, nous découvrons la vie de Baptiste, le pourquoi de son exil et de « l’abandon » de son fils. Nous découvrons aussi son entourage et toute une série de protagonistes charismatiques. Mais c’est aussi une histoire de rancune tenace, de pardon impossible à accorder et de seconde chance : “Zélie imaginait ce que devait ressentir son père aujourd’hui. Le désordre évidemment. Un immense chaos probablement. Des regrets, du ressentiment, de la colère, beaucoup d’amertume. Mais également, elle l’espérait, du soulagement, de la miséricorde, de la compassion. Un pas de plus vers la reconnaissance et la paix”.

La plume est simple, douce et pleine de tendresse. L’écriture est efficace et crée d’emblée un climat affectif dans lequel on pénètre quasiment à son insu pour ne plus le quitter. L’auteur fait vibrer le lecteur au rythme des émotions et des découvertes de Zélie. Cependant la forme épistolaire de ce roman fait à la fois son originalité et sa faiblesse. De fait, l’histoire, quoique tragique, est relativement simple et ne s’articule sur aucun événement ni rebondissement qui viendrait donner du relief au récit.

Enfin ce roman pousse à une belle réflexion sur la quête de soi et la possibilité mais aussi la difficulté de se construire sans l’un de ses parents. C’est un magnifique roman sur les relations familiales brisées et par effet miroir sur la question de la construction de soi qui sera toujours en lien avec sa propre histoire et celle de sa famille. “La liberté, mon fils, la liberté. Celle de partir ou de rester. Celle de bâtir ou de détruire. Celle de s’envoler ou de s’enterrer. Celle d’aimer ou de haïr… . “

Les Lettres de Washington Square est un très beau roman intergénérationnel qui touche profondément. Anne Icart arrive admirablement à offrir de la beauté, de la tendresse, une émotion vive mais paradoxalement le lecteur vit aussi, avec les différents personnages, cette douleur des familles divisées et la souffrance d’un combat pour se retrouver soi-même. C’est un roman rempli d’amour, un amour unique et sincère, rempli d’espoir, d’attente, de désir mais aussi de peur et de regret.

Gwennaëlle Chambaudouin

Anne Icart, Lettres de Washington Square, Editions Robert Laffont, 2020, 312 pages

 


Retour à la liste